PARTAGER

J’ai toujours rêvé de découvrir la Norvège avec ses paysages à couper le souffle, ses immenses fjords et ses îles Lofoten, lieu féérique qui m’a toujours fasciné. J’ai longtemps hésité à y aller à cause de la barrière de la langue qui m’effrayait. Et même si les Norvégiens parlent très bien anglais, c’est le mien qui montre quelques signes de faiblesse… Par chance, mon voisin est guide touristique, spécialisé dans la Scandinavie et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il en connaît un rayon sur la Norvège.

Liberté et organisation peuvent cohabiter

Mon projet a donc pris forme lors d’un apéro dînatoire au cours duquel j’ai recueilli un maximum d’informations et de précieux conseils. Les hôtels étant peu nombreux et rapidement complet dans le nord du pays, mon voisin m’a conseillé de voyager en camping-car. Mais pas seulement, car face à mon faible niveau linguistique, il m’a orienté vers un organisateur de voyage. J’avoue avoir été un peu refroidi au départ car j’aime la liberté lors de mes séjours à l’étranger. Cependant, j’ai été convaincu par le fait que celui-ci prend en charge toute l’organisation du voyage sans que ça n’altère mon autonomie. Réservation des nuits en camping, en bivouac, sur aire de camping-car et en ferry, lors des traversées dans les Lofoten, ainsi que les visites et excursions, ce n’est quand même pas mal. Au final, je me suis rendu compte que je n’aurais qu’à rouler et à profiter de mon voyage organisé, certes, mais qui me permettra d’en profiter au maximum. J’ai donc contacté un professionnel qui propose en plus la location de camping-car. Je n’ai donc pas hésité un instant et me voilà désormais sur les routes norvégiennes. Je suis arrivé dans la matinée à Narvik, porte d’entrée des Lofoten. Je touche enfin mon rêve du doigt. J’aperçois les premiers reliefs qui m’ont tant fasciné lors de mes recherches sur Internet. Mais trêve de bavardages, il est temps d’y aller, j’ai hâte de voir les fameuses cabanes de pêcheurs ! Pas vous ?

Laisser un commentaire